"Harnischstriemen ( Faltenachsen)", s'appuie sur un poème de Paul Celan qui se trouve dans le recueil Atemwende (Renversement au souffle) de 1963  dont le vocabulaire appartient en majeure partie au glossaire de la géologie. Cette œuvre comme certaines autres dans ma pratique compositionnelle condense toute une tramaturgie d'éléments. Pour résumer, je dirais que ce concerto pour cymbalum à travers le tissus de références qu'il trame, est placé sour le signe de la révérence envers des personnalités qui comptent singulièrement dans mon cheminement compositionnel dont notamment ici Klaus Huber et Heinz Holliger dont la partition célébrait respectivement leurs 85e et 70e anniversaire.

 

Dès lors, ce poème de Celan a son histoire dans ma vie et il est venu révéler l'articulation d'un méridien.  Cette œuvre, comme pour la plupart du temps,  a trouvé sa structure et son crible effectif à partir d'une formule de 7 chiffres issue du titre même du poème.  Certaines citations musicales, sous forme d'une ligne, d'un champs harmonique ou de certaines notes symboliquement lestées servent de jalons à travers le fil narratif de cette cartographie. S'y trouve également un tombeau, celui du peintre Simon Hantaï dont j'ai appris la disparition une fois une lettre terminée qui alors accompagnait l'enregistrement de Schliere pour cymbalum solo. Chacune de mes compositions incluant le cymbalum, de près ou de loin, porte son empreinte via la scordatura de sa note la plus grave accordée sur si. 

 

Ce poème en plus de son infractuosité dans une terminologie géologique, d'où l'emploi de cetaines traces issues d'œuvres en particuler pour cette strate, à Edgard Varèse, Klaus Huber et Brian Ferneyhough, laisse voir dans ses images, celle d'un harnais balafré. L'Axe des plis (Faltenachsen) prolonge la dimension à la fois textile et géologique que j'explore depuis mes premières compositions. 

 

 

Voici une interview sur la questionde la poésie sur le blog de l'Akadémie de la Schloß Solitude :

 

http://www.akademiesolitudeblog.com/2015/08/02/the-music-in-poetry/

HARNISCHSTRIEMEN, Faltenachsen,   

Durchstich‐  

punkte:  

dein Gelände.  

  

An beiden Polen  

der Kluftrose, lesbar:  

dein geächtetes Wort.  

Nordwahr. Südhell.  

© fcy ~  fibræ - 2019 - all rights reserved.

  • Icône sociale YouTube
  • Facebook Social Icône